Mairie de Draché

Panorama
Parc
Bourg
Mobiles.jpg
Multisports
Picnic
Eglise
illuminations
+
Menu

Les Sites Historiques

L'église

 

 

 

L'église de Draché, citée au XIIe siècle (ecclesia de Drachiaco, 1116) est dédiée à Saint-Sulpice (celle de Plaix était vouée à Saint Sylvestre).

 

Son style est composite. Elle est constituée de deux nefs, la première de deux travées du XIe siècle, la seconde, plus à l'est, d'une travée du début du XIIIe siècle. Elles s'ouvrent sur un chœur à deux travées voûtées d'ogives et terminé par un chevet plat. A la fin du XVe, début du XVIe siècle, les trois travées de la nef furent couvertes d'ogives et des chapelles ouvertes de part et d'autre du chœur giant water slide. Le porche a été édifié au XVIIIe siècle(1742). En 1936, l'ensemble fut restauré, recrépi et le chevet doté d'une grande fenêtre à meneaux.


Près de l'église subsiste un logis du XVe siècle.

 

 

La pierre percée

 

 

 

Aux Erables, sur la commune de Draché, on voit un menhir, connu dans le pays sous le nom de Pierre-Percée ou menhir des arabes. La hauteur de ce monument druidique est de quatre mètres. Sa largeur est d'un mètre cinquante centimètres. Au centre, il existe une ouverture ovale d'environ 25 cm sur 20 cm. Des marches, pratiquées dans les blocs de pierres, permettent d'atteindre cette ouverture avec la main.

 

Autrefois, les garçons et les filles de la contrée qui se proposaient de contracter mariage, ne manquaient jamais de se rendre à la Pierre-Percée. Ils échangeaient soit des bouquets de marjolaine, soit un autre objet qu'ils faisaient passer par l'ouverture du menhir et se regardaient comme liés par cet acte, équivalant pour eux au plus sacré des serments. Certains villageois attribuaient aux herbes croissant au pied du menhir le pouvoir d'éloigner les mauvais esprits qui hantaient la campagne pendant la nuit, et de préserver les bestiaux des sorts que les sorciers auraient pu leur jeter. Ils cueillaient ces herbes et les plaçaient dans leurs maisons et dans les étables. Ces pratiques superstitieuses se produisaient encore peu de temps avant la Révolution. Aujourd'hui, elles ont complètement disparu (texte datant de 1878). Le menhir des Arabes, souvenir de la bataille de Poitiers en 732(ou Pierre-Percée de Draché) était considéré comme un lieu privilégié et magique mais aussi redouté. Une vieille légende raconte que les chefs des tribus ennemis pactisaient en passant deux doigts chacun par le trou pour se toucher. La pierre comporte en effet un trou de 30 cm. Les serments échangés au travers étaient considérés comme sacrés.


On passait la tête des enfants par le trou pour les préserver des maladies, plus particulièrement des écrouelles (Maladie de peau). On racontait que des sacrifices humains s'y pratiquaient. On faisait passer la tête des victimes par le trou et de l'autre coté officiait le sacrificateur. La Pierre Druidique ou Pierre de supplice passait selon la légende pour avoir été une pierre de sacrifice. Les victimes y étaient attachées par des liens fixés au travers des perforations de la pierre. On dit aussi qu'elle servait de table d'immolations druidique. Selon une autre légende populaire, après la bataille de 732 de nombreux Sarrasins auraient été enterrés au pied du menhir des Arabes à Draché et que les fosses ainsi que les squelettes étaient d'une grandeur stupéfiante. Les pierres taillées ou polies, les polissoirs, les pierres levées "menhir" et les dolmens étaient considérés avec respect, vénération et crainte par les populations. Détruire un mégalithe portait malheur.

 

 

LA CHAPELLE DE TANTAN

 

 

 

Louis SERREAU (1834-1917) était le propriétaire du hameau de Tantan et de la ferme.
En 1884, très malade, souffrant d'une occlusion intestinale, menacé d'infection généralisée si tout ne rentrait pas rapidement dans l'ordre, il fut presque abandonné par le docteur dont les multiples traitements étaient sans effet. Il fut donc décidé, un soir, pour essayer de le sauver, que le docteur viendrait le lendemain matin à la première heure afin de conduire le malade, avec sa voiture et son cheval, jusqu'à l'hôpital de Châtellerault où il faudrait envisager une opération.

 

Opération plutôt aléatoire à cette époque, vu l'état de la chirurgie. Toute la famille était consternée, le malade, très pieux, se mit à dire son chapelet et fit la promesse à la Vierge Marie de lui faire construire une chapelle si tout se passait bien.

Puis au petit matin, avant même l'arrivée du docteur, tout était rentré dans l'ordre et le départ pour l'hôpital de Châtellerault s'avérait inutile.


Louis Serreau s'activa désormais à la réalisation de son vœu, et donc, fit construire la chapelle de Tantan promise et dédiée à la vierge Marie. (et non à Sainte Fouarouse, ... Sainte de pure invention)


Cette chapelle fut donc terminée et consacrée en 1885. (19ème siècle)
Tous les jours, jusqu'à sa mort, Louis Serreau monta les 50 mètres qui le menait de son habitation à la chapelle pour aller y réciter son chapelet. Au mois d'août 1935, fut organisée une cérémonie religieuse, avec tous les descendants de Louis Serreau, afin de fêter le cinquantenaire de la chapelle.


Mlle. Baranger, dernière propriétaire, descendante de Louis Serreau lèguera à sa mort en 1999 la chapelle à l'Evêché de Châtellerault. Elle devint propriété communale en 2000
Elle est référencée dans les sentiers de randonnées départementaux. (Sentiers balisés de petites randonnées pédestres N°193)


Aux alentours vous trouverez une souriante campagne, des chemins tranquilles qui vous invitent à d'agréables randonnées à pied ou à bicyclette.

 

 

La vallée troglodytique des Coteaux

 

 

 

La vallée des Coteaux est un des petits joyaux discrets de la Touraine. Dorant ses façades au soleil du sud, entre Sainte-Maure et Sepmes, elle s'étire sur trois kilomètres le long de la Manse et de ses prairies. Peu agressée par le temps, elle offre aux visiteurs trois types de coteaux presque assimilables aux trois communes qu'elle traverse. Le paysage, très ouvert aux abords de Sainte-Maure, se resserre sur la commune de Draché pour se blottir entre arbres et rocher en rejoignant Sepmes. Trois beaux moulins et un château servent de faire valoir aux façades de tuffeau, aux fours à pains, caves et troglodytes. Beaucoup d'enfants témoignent d'une population toujours active. La vie s'y déguste tranquillement juste épicée par l'activité d'un comité de protection dont les heureuses initiatives viennent rythmer la beauté des jours.

 

A découvrir comme on apprécie un bon plat avec gourmandise bien sûr, mais aussi discrétion et respect.

 

Contacts :

Comité des Coteaux
13 route des Troglodytes
Les Coteaux
37800 DRACHE
E Mail : Les.coteaux@orange.fr

Horaires d'ouverture :

Du lundi au samedi (sauf le mercredi ) :
de 10H00 à 12H00

 

s'inscrire à la newsletter

(disponible prochainement)

Agence postale communale +